J’ai été surpris par la décision irresponsable, quoique crédule, du gouvernement congolais qui entend livrer à quelques compagnies concessionnaires occidentales des millions d’hectare de forêt pour produire des biocarburants, je dois avouer en toute franchise que le pouvoir de Brazzaville, méconnais les conséquences de la production des biocarburants sur l’environnement, la production de l’éthanol à partir de la canne à sucre seulement peut menacer le bassin forestier du Congo.

BiocarAlors que même l’union européenne a pris samedi ses distances avec l'utilisation de biocarburants pour lutter contre le réchauffement climatique en raison des doutes grandissants sur le bilan écologique de ces produits, information communiquée par un rapport de la commission européenne qui date du Samedi 5 Juillet 2008.

Cette décision incendiaire du gouvernement congolais qui vise à produire des biocarburants est incompatible avec des standards élevés de durabilité au niveau environnemental et social, Parce que les biocarburants peuvent s'avérer très nocifs pour le climat que le pétrole, ils sont en partie à l'origine de la flambée des denrées alimentaires, et je me demande ce que vos pseudos conseillers ou ministres vous ont dit, mais vous vous engagez sur une corde périlleuse et raide pour les congolais. Se lancer à une déforestation massive pour produire les biocarburants malgré l'urgence actuelle est un acte suicidaire.

À l´origine, les agro-carburants sont produits à partir des plantes oléagineuses (soja, colza, Noix de palme), les céréales (mais, blé) ou encore les plantes sucrières (canne à sucre, betterave). Pour couvrir les futures demandes en agro-carburants qui devraient selon la Commission européenne représenter 10% des carburants utilisés dans nos voitures en 2020, les régions tropicales, comme le Brésil ou l'Indonésie, se sont mises à raser leurs forêts vierges pour les remplacer par des plantes destinées à la production d'agro-carburants.

Les forêts vierges stockent d'énormes quantités de carbone sous forme de végétation et d'humus dans le sol, en remplaçant les forêts vierges par des monocultures agricoles, ces quantités de carbone sont rejetées dans l´atmosphère.

Rien que par sa déforestation, l´Indonésie est devenue le troisième émetteur mondial de CO2 après les Etats-Unis et la Chine, et Le Brésil est le numéro 4 sur la liste. Mr Sassou Nguesso la production de l'éthanol est une fausse solution écologique à l'échelle internationale, surtout qu'elle ne profitera pas au Congo, mais au Brésil, France et à la Chine vos partenaires futurs dans ce projet aux conséquences dramatiques et irréversibles pour l'environnement congolais. Votre plan de développement des agrocarburants centré sur l'E85 composé à 85% d'éthanol et à 15% d'essence dans le cadre d'un pacte pour l'environnement destiné à faire face au changement climatique aura des conséquences terribles pour le Congo, le Brésil est en train de perdre chaque année 0,15% de la superficie de l'Amazonie, ce qui en termes d'hectares représente des millions de forêts qui partent en fumée.

En effet, la production d'agrocarburants nécessite une consommation d'énergie fossile importante tout au long de sa chaîne de production. Il faut produire les engrais et pesticides pour les cultures, sécher les pulpes de plante (la partie de la canne à sucre par exemple servant à produire l'agrocarburant est totalement imbibée d'eau), séparer les produits de la distillation (éthanol et eau).

je vous dissuade de vous lancer sur cette voie suicidaire, demandez à vos incompétents de Ministre de lire les conclusions de la conférence de Bali sur la production d'agrocarburants, une production qui aura des effets négatifs pour les pays en développement, parce que la production de biomasse enlève une quantité du sol abondante pour la production locale de nutrition, les occidentaux se servent toujours de l'Afrique pour des expérimentations en tout genre, pourquoi la France n'a pas souscrit à la production des agrocarburants à grande échelle ?

Posez-vous la question, pourquoi l'Union européenne se refuse de les utiliser comme énergie de substitution pour réduire les émissions de Co2, mais sauf que la production de biocarburants représente un danger pour l'environnement et les cultures, même un imbécile l'aura facilement compris, les biocarburants émettent aussi beaucoup de CO2, parfois même plus que le pétrole, ils participent au dérèglement du Climat, ils provoquent des tensions sur les cours des matières premières végétales, une très forte consommation d'eau, une utilisation accrue et massive de pesticides, une déforestation générale, une détérioration des sols par érosion massive et une atteinte incalculable à la biodiversité. 84 % des plantes utilisées pour les biocarburants menacent la biodiversité. Moins bien connu, l´utilisation des agro-carburants engendre de sérieuses menaces pour la protection du climat.

Loin du cliché du "bio-carburant" présenté comme solution contre le changement climatique provoqué par l'utilisation des combustibles fossiles, les agro-carburants représentent une vraie "bombe à retardement" qui risque d´exploser, et sur la face des pauvres congolais qui n'ont rien à avoir avec la boulimie ogresse de votre pouvoir. Vos ministres feraient bien de se documenter un peu plus ou carrément annoncer aux congolais qu'ils sont lécheurs de bottes patentés de grands industriels économiques. Comment a-t-on pu laisser dire autant de conneries sur les soi-disant Biocarbutants ? Des organismes internationaux, ont formulé quatre objections capitales contre le recours massif aux Biocarburants :

1-Les biocarburants représentent une menace pour la sécurité alimentaire de millions de personnes.

2- La production de biocarburants conduit à des conditions de travail indigne et entraîne des violations graves des droits de l'homme dans les pays émergents et les pays en voie de développement.

3- L'efficacité de l'utilisation des biocarburants dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre n'est pas avérée, elle est illusoire et produit plus de CO2 que le pétrole.

4- La production de biocarburants conduit à la destruction d'écosystèmes naturels et contribue dans une large mesure à l'émission de gaz à effet de serre et au recul de la biodiversité. Je pense que l'ancrage d'objectifs contraignants pour la part des biocarburants, tel que prévu dans la proposition gouvernementale pour la promotion d'énergies renouvelables, engendrera des conséquences douloureuses et irréversibles à la fois pour la protection de la nature, l'environnement, l'autonomie alimentaire et les personnes qui sont déjà désavantagées dans les pays émergents et en voie de développement.

J'estime aussi que ce projet est incompatible avec les critères de durabilité, il faut au contraire renforcer l'agriculture des pays pauvres, et cela de manière durable. Le Congo a plus besoin d'une bonne politique en matière agricole, pour aider les populations à être plus autonome et ainsi à mieux vivre, nous n'avons pas besoin de produire des biocarburants chez nous, au risque de faire payer le prix fort au peuple. Les raisons de la crise alimentaire dans les pays en voie de développement sont multiples: mauvaises récoltes, spéculations à la bourse, changement climatique, et surtout une demande croissante de biocarburants. Je vous demande de prendre connaissance des nombreux rapports de la Fao, des nations unies, du protocole de Bali, les rapports du PAM sur les biocarburants.

Monsieur Sassou, ne commettez pas l'irréparable, les gens souffrent assez au Congo de vos mauvais choix, votre politique suicidaire a été critiquée hier sur la chaine Itélé par des journalistes français, sur l'émission « y A pas que le Cac » présenté par Benjamin Dard. Je pense que cette Petite revue de presse du scandale des biocarburants, orchestré par quelques multinationales avides de profits, relayé par des médias aux ordres et soutenu par des pouvoirs publics et des politiques incompétents et corrompus, vous éclairera sur vos décisions kamikazes et ingénues.

Kopa Ludovic
congoinfos@yahoo.fr
http://congoechos.canablog.com
http://congoinfos.skyblog.com