congo-news

23.03.09

Le Pouvoir de Brazzaville s’apprête au Bourrage des urnes en Juillet 2009.

Tempête électorale sur le Congo Brazzaville ! Au moment où nous écrivons ces quelques lignes, les vassaux du pouvoir crient à qui veut les entendre dans les rues de Brazza et de Pointe-Noire que, le Généralissime Président Sassou Nguesso qui vient de perdre sa fille aînée, Edith Lucie Bongo, sera réélu dès premier tour, phrase qui peut paraître anodine, mais en sommes treès révélatrice sur le bourrage des urnes qui se profile en été 2009, parce que être élu dès le premier tour, relève de la fraude électorale qui a longtemps été l’apanage du pouvoir stalinien de Oyo. Dans un pays dont le paysage politique a été modifié en 1997, le monarque de M'pila pouvait dormir paisiblement en 2002, mais aujourd'hui la nasse politique congolaise est en train de connaître une profonde mutation.

election

On se souvient en Janvier dernier, des opposants avaient mis à nu une fois de plus la magouille manifeste du pouvoir de Brazzaville d’élire l'Oyocrate, Denis Sassou Nguesso, par la fraude massive. Cette dénonciation qui alimente la vie politique nationale, vient à point nommer étant donné que la présidentielle de juillet arrive à pas de géant. Ces bourrages des urnes se concentreraient plus dans la partie septentrionale du pays, et seraient favorables au candidat du pouvoir. L’opposition avait même présenté un document qui met la lumière sur les irrégularités électorales qui pointent à l’orée de cette élection présidentielle qui risque de mal tourner pour le pouvoir. Ce document, monté par le pouvoir de Brazzaville a été présenté à la presse nationale et internationale par l’UPRN (parti de l’opposition) que dirige monsieur Mathias NDZON, candidat à la présidentielle de 2009. Dans ce document, il ressort que dans les circonscriptions favorables au candidat du pouvoir, Denis Sassou Nguesso, le nombre d’électeurs a été gonflé, dans celles défavorables à ce dernier, le nombre d’électeurs a été réduit. C’est par ce procédé que Denis Sassou Nguesso gère la démocratie plurielle au Congo Brazzaville pour se cramponner au pouvoir. Il sied de signaler que le découpage électoral fait unilatéralement par le ministre de l’Administration du territoire, François Ibovi, à l’orée de la présidentielle de 2002, démontre que la zone nord du Congo Brazzaville, fief de Denis Sassou Nguesso, est devenue plus peuplée que le Sud. Même les trois départements (Bouenza, Lékoumou et le Niari) au sud du Congo, jugés plus peuplés depuis la nuit des temps, sont paradoxalement devenus moins peuplés avec un nombre réduit de circonscriptions.

Un découpage électoral que le pouvoir de Brazzaville n’entend pas réviser.

Département des Plateaux Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Ollombo 21.277 25.755 10.638 15.117 Abala 11.296 19.484 5.648 3.836 Mbon 3.163 3.320 1.581 1.739 Ongogni 12.184 15.222 6.092 9.130 Département de la Cuvette Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Boundji 16.033 16.175 8.016 8.159 Ngoko 2.867 3.881 1.433 2.448 Tchicapika 5.978 8.423 2.989 5.433 Département de la Sangha Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Mokéko 30.241 31.062 15.120 15.942 Souanké 9.712 11.573 4.856 6.717 Pikounda 3.513 5.415 1.756 3.659 Ngwbal (?) 4.616 5.833 2.307 3.526 Département de la Likouala Enyellé 21.194 22.474 10.597 +11.877 Localités où le nombre des électeurs est supérieur à la moitié de la population générale Département des Plateaux Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Djambala 17.271 10.877 8.635 2.242 Lékana 16.762 14.406 8.380 6.026 Gamboma 43.231 31.558 31.615 9.943 Allembé 4.640 3.940 2.320 1.620 Makotimpoko 18.758 16.208 9.376 6.829 Mpouya 9.284 9.178 4.642 5.536 Ngo 16.751 10.653 8.375 2.278 Département de la cuvette Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Owando 40.207 35.541 20.103 15.438 Makoua 21.930 19.596 10.965 8.631 Loukolela 21.444 15.489 10.722 4.767 Oyo 17.958 14.475 8.979 5.496 Ntokou 4.075 3.465 2.037 1.428 Département du Pool Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Ngabé 30.099 22.564 15.049 7.516 Département de la Bouenza Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Mouyondzi 36.820 20.314 18.410 1.904 Nkayi 71.623 40.993 35.816 5.187 Département du Niari Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Louvakou 13.409 9.849 6.704 3.145 Mossendjo 13.239 12.089 6.619 5.466 Dolisie 83.802 49.834 41.906 7.928 Département du Kouilou et Pointe-noire Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Hinda 33.028 24.428 16.514 7.814 Mvouti 18.105 13.816 9.052 4.764 Lumumba 108.972 71.190 54.486 16.704 Tié-tié 255.623 192.488 127.811 64.677 Loandjili 259.228 160.097 129.614 31.711 Département de la Sangha Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Sembé 9.552 7.379 4.776 2.603 Ouesso 28.202 24.811 14.101 10.710 Département de la Likouala Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Epéna 17.499 10.144 8.749 1.385 Bétou 29.750 22.466 75.199 2.591 Bouniéla 7.084 5.089 3.542 1.547 Liranga 11.287 10.046 5.643 4.403 Département de Brazzaville Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Talangaï 338.470 239.006 169.235 69.771 Localités dans lesquelles le nombre des électeurs a été majoré Département de la Cuvette-Ouest Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Okoyo 10.010 8.047 5.005 +3.042 Etoumbi 12.389 7.358 6.194 +1.164 Département du Pool Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Goma Tsé-tsé 15.616 8.446 7.806 +640 Mbanza Ndounga 9.738 6.962 4.869 +2.093 Département de la Lékoumou Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Zanaga 16.650 9.865 8.325 +1.540 Bambama 4.907 3.225 2.453 +773 Komono 14.584 8.0727 7292 +735 Département de la Bouenza Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Mfouati 29.938 16.608 14.969 +1.639 Kayes 13.124 8.668 6.562 +2.106 Kingoué 11.910 6.704 5.955 +749 Yamba 14.371 9.291 7.185 +2.106 Département du Niari Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Mayoko 5.157 3.662 2.573 +1.089 Département du Kouilou Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Kakamouéka 7.817 4.817 3.908 +3.908 Nzambi 3.138 1.740 1.564 +176 Tchiamba Nzassi 16.626 9.259 8.313 +946 Département de Brazzaville Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Bacongo 98.898 58.096 49.419 +8.647 Poto-poto 93.133 52.349 46.566 +5.783 Ouenzé 182.175 128.457 91.087 +37.370 Département de la Likouala Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (+) Impfondo 47.973 24.638 23.981 +757 Localités dans lesquelles le nombre a été minoré Département de la Cuvette Ouest Localités Populations Nombre des Electeurs Variation (-) Kellé 15.210 5.859 7.605 -1.746 Mbama 8.040 3.844 4.020 -176 Département du Pool Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (-) Mindouli 53.587 22.580 26.793 -4.213 Département de la Bouenza Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (-) Madingou 62.823 29.006 31.411 -2.405 Loudima 32.780 14.721 16.390 -1.669 Département du Niari Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (-) Banda 6.911 2.988 3.455 -467 Londela K 8.151 3.326 4.075 -749 Makabana 14.164 5.710 7.082 -1.372 Mbinda 4.784 1.652 2.392 -740 Département de Brazzaville Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (-) Makélékélé 298.687 128.582 149.343 -20.761 Moungali 167.015 72.101 83.507 -11.406 Mfilou 196.859 71.687 98.429 -16.742 Département de Pointe-noire Localités Populations Générales Nombre des électeurs Electeurs potentiels Variation (-) Mvou-mvou 87.305 42.146 42.146 -1.406 Dans un tableau récapitulatif de la fraude pour favoriser le candidat du pouvoir de Brazzaville, le gouvernement se borne à des explications irrationnelles et flouées Car, au regard de ces chiffres, il ressort qu’à travers les recensements réalisés en 1974, 1984, 1996 ont peut dire que la population congolaise est majoritairement jeune, soit 51,68% représente la portion de celle-ci ayant moins de 18 ans, c’est-à-dire, celle qui n’a pas l’âge de voter ; 18,32 de la population congolaise en âge de voter constitue le corps électoral, alors que celui (corps électoral) donné par la Direction Générale des Affaires Electorales (DGAE) de 2.277.144 en 2008 correspondant à une population totale de 4.712.632, chiffre qui sera celui de la projection de la population du Congo Brazzaville en 2015. Si on tient compte du chiffre estimé de la population en 2008, le corps électoral donné par la DGAE représente 62% de la population. Ce qui signifie une modification totale de la structure de la population congolaise en 2008, laquelle ne s’explique pas. Cela ferait d’ailleurs paraître que la population de moins de 18 ans deviendrait largement inférieur à celle de 18 ans et plus.

Ce qui semble anormal. Le pouvoir de Brazzaville en élaborant « cette fraude » n’avait pas tenu compte des habitants dans chaque localité. Galvanisé par la soif de vaincre, il a confectionné des listes qui tantôt dans la synthèse des faits dépassent ou rend moindre le nombre réel d’habitants dans la localité. Ainsi, des analyses ont relevé que la région de la Shanga (hors Ouesso), le corps électoral est supérieur à la population, c’est-à-dire que tout le monde est en âge de voter avec une population de 57.632 et un corps électoral, selon la DGAE, de 61.262 soit 106%. La question est de savoir d’où se surplus viendrait-il ? Plus grave encore. Dans les plateaux, il y aurait 92% de personnes en âge de voter et seulement 8% de jeunes de moins de 18 ans et plus. « C’est la catastrophe ! » s’est exclamé l’orateur. Ce n’est pas tout. Dans la cuvette, il y aurait 88 % de personnes en âge de voter et seulement 12% de jeunes de moins de 18 ans. « Ce qui devrait faire l’objet d’une grande réflexion. Ces explications paraissent cohérentes au regard des localités comme Mossendjo, Ouesso, la Likouala, le Kouilou et Pointe-noire qui doit amener à conclure que la population congolaise est vieillissante et que même la jeunesse dans beaucoup de départements du Congo est en train de disparaître. En somme, cela fait valoir la contradiction du pouvoir sur les données démographiques réelles du Congo Brazzaville.

Kopa.

Posté par congoechos à 01:59 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]


12.09.08

"2009 doit être l’année du sursaut démocratique, populaire et républicain, il faut sauver la nation, le pays est en péril...

J’ai toujours dit que seuls les congolais peuvent se donner les moyens d’en finir avec ce pouvoir d’anarchistes et d’incompétents, les événements déroulés à Pointe-Noire dernièrement ne sont que la résultante de cette prise de conscience et du refus de faire allégeance à ce pouvoir désastreux. Ce qui se passe aujourd’hui au Congo est très pathétique, lamentable, inadmissible, les populations croupissent dans la misère depuis que le généralissime Président Sassou Nguesso s’est approprié du pays comme une propriété familiale.

election_congo_2_2L'interview de Jean-François Probst faite par Benoît Bikindou est très révélatrice, oui nous ne cessons de le dire, Denis Sassou Nguesso a brillamment échoué, c'est un homme du passé, oui son pouvoir n'a aucun fondement légal, il n'y a plus d'état au Congo depuis 10 ans, c'est une anarchie totale causée par cette bandes de notoires incompétents.

Je constate au jour le jour que l'opinion publique internationale est horrifiée des pratiques prédatrices de Sassou Nguesso au Congo, nous avons des informations précises sur les dépenses pharaoniques et somptuaires que font Sassou Nguesso et son clan, nous avons des documents et des photos qui attesteront la véracité de nos propos au moment opportun. Lorsque j'ai écrit un article publié sur le site www.congoplus.com ou lorsque nous avons envoyé des documents au canard enchaîné, au Dauphiné libéré, au journal Libération, au site ww.rue89.com , révélant des achats de villas somptueuses sur la Costa del Sol à Marbella en Espagne, à Malaga, à Belém près de Lisbonne au Portugal, et sa dernière trouvaille une villa sublime à Bairro Alto un des quartiers huppé de
Lisbonne, que dire de ses actions dans le groupe Hilton Maghreb au Maroc. Sa fille à acquis pour près de 26 Millions d'euros une villa somptueuse à Benidorm, dans la province d'Alicante, Sassou Nguesso a des biens immobiliers importants dans cette Province, les innombrables crétins qui font allégeance à l'Oyocrate, se sont lancés à de vaines critiques, mais aujourd'hui où en sommes nous ? La vérité triomphera toujours, et le glas sonnera un jour aussi.

Il ne se passe plus des jours, sans que le nom de Sassou Nguesso ne soit mentionné dans des affaires de recel d'abus de biens sociaux et de génocides, il y a plusieurs instructions qui ont été ouvertes à ce jour en Europe, mais aujourd'hui ceux qui l'ont aidé hier à faire son coup d'état s'émeuvent de ses pratiques monstrueuses et ignobles dans la gestion du pays.

Une gestion aventurière, sauvage et chaotique. Pour un petit pays de moins de trois millions d'habitants la dette publique avoisine les 14,7 milliards d'euros, faisant du Congo Brazzaville, le pays le plus endetté au monde per capita, c'est-à-dire par tête d'habitants, donc à l'échelle mondiale, le Congolais
est la personne la plus endettée au monde. Mais où vont donc tous ces milliards d'euros ? Dans la mesure où l'éducation, la santé et encore moins l'habitat ne sont pas des priorités au Congo ; depuis son retour au pouvoir aucun investissement n'a été fait pour développer ces trois secteurs fondamentaux d'un état, d'une république, pourtant le pays amasse des revenus énormes avec ses dividendes pétrolières, et dans la manne du secteur forestier. Malheureusement pour la population les priorités sont ailleurs.

Et Au regard de cette situation pathétique, il est du devoir des congolais quels qu'ils soient, de contester ce pouvoir despotique, Kleptocratique, clanique, ignoble et ordurier, 2009 doit être l'année du sursaut démocratique, populaire et républicain, il faut sauver la nation, parce que le pays est en péril, il faut braver ce pouvoir d'usurpateurs, ce régime d'incompétents et de kleptocrates, ce n'est que de cette façon là que nous sauverons la république. Cette responsabilité nous incombe, celle de mettre un terme à cette aventure, celle de faire primer les intérêts collectifs au détriment des égos, parce que le pays va très mal, on va de mal en pis, il faut tous ensemble que nous mettions un terme à cette tyrannie
villageoise et sanguinaire, le Congo est une propriété collective, et non un bien des Nguessos.

Je lance un appel solennel à la jeunesse congolaise, aux intellectuels congolais, à la société civile, aux forces républicaines congolaises (l'armée, la vraie en tout cas), aux partis politiques, à toutes les composantes de la nation congolaise, d'adhérer à la dynamique de changement qui s'impose, vous avez l'occasion de rentrer dans l'histoire, une occasion historique de changer les choses, parce que Sassou finira devant le TPI, et vous avez une occasion de vous rattraper, de peur de sombrer avec ce béotien.

Kopa Ludovic
La résistance démocratique congolaise.

congoinfos@yahoo.fr
http://congoechos.canablog.com
http://congoinfos.skyblog.com

Posté par congoechos à 05:19 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

14.07.08

Dictateurs africains: biens mal acquis, la Fortune et les biens du Président Sassou Nguesso.

C'est un monde enchanté où l'on vogue d'une villa de 9 pièces avec piscine à Nice à un hôtel particulier de l'Ouest parisien. Un univers surréaliste peuplé de Bugatti payées cash plus de 1 million d'euros. Un microcosme constellé d'une myriade de comptes bancaires. Oligarque russe ? Roi du pétrole saoudien ? Star d'Hollywood ? Non : dictateur africain producteur de pétrole dont la population compte parmi les plus pauvres de la planète.

sd_6C’est un homme discret, mais connu pour ses frasques et ses dépenses somptuaires, le président Denis Sassou Nguesso au pouvoir depuis 1997 à la suite d’un violent coup d’état, est un des 3 dirigeants africains les plus riches et les plus puissants.

Global Witness avait déjà alerté le monde sur les dérapages pharaoniques du Généralissime Président Denis Sassou Nguesso, aujourd’hui une nouvelle plainte déposée par Transparency International, le vise pour recel de détournement de biens publics, corruption, paternalisme et népotisme.

Dans son rapport, Transparency International, a mis à jour les biens du Généralissime Président Denis Sassou Nguesso et de son clan. Le fait que des dirigeants du continent noir investissent dans l'immobilier en France, qu'ils séjournent à Paris ou Marbella dans un luxe inouï, que leurs familles bénéficient de largesses financées dans la plus grande opacité n'est pas une révélation.

Villa_de_l_avenue_RappeMais, cette fois, l'inventaire de ce patrimoine vertigineux n'est pas dressé par des militants tiers-mondistes en lutte contre la "Françafrique". Il se lit dans les 34 procès-verbaux rédigés entre juin 2007 et Mai 2008 par les policiers de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

Marbella_EspagneCette enquête policière, dont Le Monde (Journal) a pu prendre connaissance, a été ouverte par le parquet de Paris en juin 2007. Elle faisait suite à une plainte pour "recel de détournement d'argent public" déposée en mars par trois associations françaises, visant cinq chefs d'Etat : dont le Congolais Denis Sassou Nguesso.

Immeuble_Haut_Standing___CourbevoieAinsi d’après les informations fournies par l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), le Généralissime Président Denis Sassou Nguesso posséderait une cinquantaine (50) de propriété en France, plus de 5 en Espagne, 3 au Portugal, une dizaine au Maroc, et près d’une dizaine en Chine, au Brésil et dans Iles caïmans.

La découverte la plus spectaculaire se situe entre les Champs-Elysées et la plaine Monceau, dans le 8earrondissement de la capitale. Là, un hôtel particulier a été acquis le 15 juin 2007 pour la somme de 38,875 millions d'euros par une société civile immobilière (SCI). La même qui gère la luxueuse propriété du Président Sassou Nguesso à Marbella en Espagne, la fameuse Villa Compania, pour plus de 40,15 Millions d’euros, une villa rachetée au près de proche de Bolloré, la Villa Suzette du Vésinet (Yvelines).

Suzie_au_V_sinetCette coquette demeure de 485 m2 était juridiquement la propriété de son frère Valentin, jusqu'à ce que, quelques semaines avant le décès de ce dernier à la fin 2004, elle soit cédée à une société de droit luxembourgeois aux actionnaires anonymes, reprise en 2006 par le Président Sassou Nguesso après avoir versé plus de 2 millions d’euros, le coût de ce magnifique château est de plus de 20 millions d’euros.

Les enquêteurs ont également répertorié un appartement de 9 pièces acheté à Paris (17e) en 2007 pour 7 millions d’euros par l'épouse du président congolais Antoinette Sassou Nguesso. Ils mentionnent aussi le logement de 10 pièces à 8 600 000 euros acquis en 2005 à Paris par leur fils Denis Christel, ainsi que l'hôtel particulier de 7 pièces avec piscine intérieure à Neuilly-sur-Seine acheté 8,15 millions d'euros en 2006 par Julienne, leur fille cadette.

Villa_Sassou___Mad_re_au_PortugalEn Janvier 2008, le président Sassou Nguesso a acquis à Madère au Portugal, une propriété luxueuse pour plus de 37 Millions d’euros, de même, notent les policiers, Wilfrid Nguesso, neveu du président congolais, règle le solde d'achat de 3 véhicules Aston Martin type DB9, une Lincoln Navigator, et une Escalade QX56, par un virement émis par Matsip Consulting (un chèque de 6 millions €), une société de droit luxembourgeois aux associés inconnus qui apparaît également comme propriétaire de la Villa Sardena, propriété du président Sassou Nguesso à Nice. En Novembre 2007, le président Sassou a acquis une Rolls Royce Phantom Bva année 2007, pour plus de 300 000 €.

Dans leur élan, visiblement ébahis par leurs découvertes, les policiers ont étendu leurs investigations au domaine des voitures de luxe, qui n'était pas explicitement visé par la plainte. Chez les concessionnaires Mercedes, Bugatti ou Aston Martin, ils ont retrouvé ce qu'ils n'avaient pas forcément obtenu pour les Villas : les chèques et les virements ayant servi aux paiements.

Nice_2La même enquête stipule, que les avoirs du président Denis Sassou Nguesso et de son clan, seraient estimés à un peu plus de 9,195 Milliards d’euros, pourtant Le salaire mensuel officiellement versé par l'Etat au président Sassou Nguesso n'est-il pas de 30 000 euros, comme l'indiquent d'autres sources?

Des investigations plus approfondies auraient dépassé le cadre de l'enquête préliminaire de police. Elles supposeraient l'ouverture d'une information judiciaire et la désignation d'un juge d'instruction. Une telle perspective a été écartée par la décision de classement, notifiée le 15 novembre par le parquet de Paris. Mais le dossier pourrait être rouvert si les associations parvenaient à déposer une nouvelle plainte, assortie cette fois d'une constitution de partie civile, comme elles en nourrissent le projet. Cette formule conduit automatiquement à la désignation d'un juge d'instruction.

Propri_t__SassouLes présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo (Gabon) et Obiang Nguéma Mbassongo (Guinée-Equatoriale), seraient parmi les chefs d’état les plus riches au monde.

Chronique d’un émirat pétrolier, le Congo Brazzaville, dont la population croupit dans la misère.

Source Journal : lemonde.fr

Posté par congoechos à 07:15 PM - Commentaires [38] - Permalien [#]

09.07.08

Comment a-t-on pu laisser dire autant de conneries sur les soi-disant Biocarbutants ?

J’ai été surpris par la décision irresponsable, quoique crédule, du gouvernement congolais qui entend livrer à quelques compagnies concessionnaires occidentales des millions d’hectare de forêt pour produire des biocarburants, je dois avouer en toute franchise que le pouvoir de Brazzaville, méconnais les conséquences de la production des biocarburants sur l’environnement, la production de l’éthanol à partir de la canne à sucre seulement peut menacer le bassin forestier du Congo.

BiocarAlors que même l’union européenne a pris samedi ses distances avec l'utilisation de biocarburants pour lutter contre le réchauffement climatique en raison des doutes grandissants sur le bilan écologique de ces produits, information communiquée par un rapport de la commission européenne qui date du Samedi 5 Juillet 2008.

Cette décision incendiaire du gouvernement congolais qui vise à produire des biocarburants est incompatible avec des standards élevés de durabilité au niveau environnemental et social, Parce que les biocarburants peuvent s'avérer très nocifs pour le climat que le pétrole, ils sont en partie à l'origine de la flambée des denrées alimentaires, et je me demande ce que vos pseudos conseillers ou ministres vous ont dit, mais vous vous engagez sur une corde périlleuse et raide pour les congolais. Se lancer à une déforestation massive pour produire les biocarburants malgré l'urgence actuelle est un acte suicidaire.

À l´origine, les agro-carburants sont produits à partir des plantes oléagineuses (soja, colza, Noix de palme), les céréales (mais, blé) ou encore les plantes sucrières (canne à sucre, betterave). Pour couvrir les futures demandes en agro-carburants qui devraient selon la Commission européenne représenter 10% des carburants utilisés dans nos voitures en 2020, les régions tropicales, comme le Brésil ou l'Indonésie, se sont mises à raser leurs forêts vierges pour les remplacer par des plantes destinées à la production d'agro-carburants.

Les forêts vierges stockent d'énormes quantités de carbone sous forme de végétation et d'humus dans le sol, en remplaçant les forêts vierges par des monocultures agricoles, ces quantités de carbone sont rejetées dans l´atmosphère.

Rien que par sa déforestation, l´Indonésie est devenue le troisième émetteur mondial de CO2 après les Etats-Unis et la Chine, et Le Brésil est le numéro 4 sur la liste. Mr Sassou Nguesso la production de l'éthanol est une fausse solution écologique à l'échelle internationale, surtout qu'elle ne profitera pas au Congo, mais au Brésil, France et à la Chine vos partenaires futurs dans ce projet aux conséquences dramatiques et irréversibles pour l'environnement congolais. Votre plan de développement des agrocarburants centré sur l'E85 composé à 85% d'éthanol et à 15% d'essence dans le cadre d'un pacte pour l'environnement destiné à faire face au changement climatique aura des conséquences terribles pour le Congo, le Brésil est en train de perdre chaque année 0,15% de la superficie de l'Amazonie, ce qui en termes d'hectares représente des millions de forêts qui partent en fumée.

En effet, la production d'agrocarburants nécessite une consommation d'énergie fossile importante tout au long de sa chaîne de production. Il faut produire les engrais et pesticides pour les cultures, sécher les pulpes de plante (la partie de la canne à sucre par exemple servant à produire l'agrocarburant est totalement imbibée d'eau), séparer les produits de la distillation (éthanol et eau).

je vous dissuade de vous lancer sur cette voie suicidaire, demandez à vos incompétents de Ministre de lire les conclusions de la conférence de Bali sur la production d'agrocarburants, une production qui aura des effets négatifs pour les pays en développement, parce que la production de biomasse enlève une quantité du sol abondante pour la production locale de nutrition, les occidentaux se servent toujours de l'Afrique pour des expérimentations en tout genre, pourquoi la France n'a pas souscrit à la production des agrocarburants à grande échelle ?

Posez-vous la question, pourquoi l'Union européenne se refuse de les utiliser comme énergie de substitution pour réduire les émissions de Co2, mais sauf que la production de biocarburants représente un danger pour l'environnement et les cultures, même un imbécile l'aura facilement compris, les biocarburants émettent aussi beaucoup de CO2, parfois même plus que le pétrole, ils participent au dérèglement du Climat, ils provoquent des tensions sur les cours des matières premières végétales, une très forte consommation d'eau, une utilisation accrue et massive de pesticides, une déforestation générale, une détérioration des sols par érosion massive et une atteinte incalculable à la biodiversité. 84 % des plantes utilisées pour les biocarburants menacent la biodiversité. Moins bien connu, l´utilisation des agro-carburants engendre de sérieuses menaces pour la protection du climat.

Loin du cliché du "bio-carburant" présenté comme solution contre le changement climatique provoqué par l'utilisation des combustibles fossiles, les agro-carburants représentent une vraie "bombe à retardement" qui risque d´exploser, et sur la face des pauvres congolais qui n'ont rien à avoir avec la boulimie ogresse de votre pouvoir. Vos ministres feraient bien de se documenter un peu plus ou carrément annoncer aux congolais qu'ils sont lécheurs de bottes patentés de grands industriels économiques. Comment a-t-on pu laisser dire autant de conneries sur les soi-disant Biocarbutants ? Des organismes internationaux, ont formulé quatre objections capitales contre le recours massif aux Biocarburants :

1-Les biocarburants représentent une menace pour la sécurité alimentaire de millions de personnes.

2- La production de biocarburants conduit à des conditions de travail indigne et entraîne des violations graves des droits de l'homme dans les pays émergents et les pays en voie de développement.

3- L'efficacité de l'utilisation des biocarburants dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre n'est pas avérée, elle est illusoire et produit plus de CO2 que le pétrole.

4- La production de biocarburants conduit à la destruction d'écosystèmes naturels et contribue dans une large mesure à l'émission de gaz à effet de serre et au recul de la biodiversité. Je pense que l'ancrage d'objectifs contraignants pour la part des biocarburants, tel que prévu dans la proposition gouvernementale pour la promotion d'énergies renouvelables, engendrera des conséquences douloureuses et irréversibles à la fois pour la protection de la nature, l'environnement, l'autonomie alimentaire et les personnes qui sont déjà désavantagées dans les pays émergents et en voie de développement.

J'estime aussi que ce projet est incompatible avec les critères de durabilité, il faut au contraire renforcer l'agriculture des pays pauvres, et cela de manière durable. Le Congo a plus besoin d'une bonne politique en matière agricole, pour aider les populations à être plus autonome et ainsi à mieux vivre, nous n'avons pas besoin de produire des biocarburants chez nous, au risque de faire payer le prix fort au peuple. Les raisons de la crise alimentaire dans les pays en voie de développement sont multiples: mauvaises récoltes, spéculations à la bourse, changement climatique, et surtout une demande croissante de biocarburants. Je vous demande de prendre connaissance des nombreux rapports de la Fao, des nations unies, du protocole de Bali, les rapports du PAM sur les biocarburants.

Monsieur Sassou, ne commettez pas l'irréparable, les gens souffrent assez au Congo de vos mauvais choix, votre politique suicidaire a été critiquée hier sur la chaine Itélé par des journalistes français, sur l'émission « y A pas que le Cac » présenté par Benjamin Dard. Je pense que cette Petite revue de presse du scandale des biocarburants, orchestré par quelques multinationales avides de profits, relayé par des médias aux ordres et soutenu par des pouvoirs publics et des politiques incompétents et corrompus, vous éclairera sur vos décisions kamikazes et ingénues.

Kopa Ludovic
congoinfos@yahoo.fr
http://congoechos.canablog.com
http://congoinfos.skyblog.com 

Posté par congoechos à 12:24 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

25.06.08

Le Pouvoir de Sassou Nguesso se montre sous son vrai visage, une tyrannie villageoise, sanguinaire et prédatrice.

Il y a bien longtemps qu’on s’accorde à dire, qu’en trinquant une Flûte à Champagne le 17 Octobre 1997 à Oyo, au lendemain de sa Violente prise de pouvoir, sur les ondes de Euronews, Sassou Nguesso n’était pas venu pour faire de cadeaux à ce peuple qu’il méprise tant. Si pour certains vous ne vous êtes pas encore réveillez, l’avenir au Congo est plus que incertain, Sassou Nguesso a des objectif très précis, concentrer tous les pouvoirs entre ses mains, contrôler l’économie, toutes les structures économiques et politiques du pays, car qui tient les finances, assujettit la population, muselle l’opinion publique nationale et contient les ardeurs de l’opposition ou ses envies d’indépendance.

roi_n_greLe Pouvoir de Sassou Nguesso se montre sous son vrai visage, une tyrannie villageoise, sanguinaire et prédatrice, un Visage que nous connaissons, mais que certains veulent ignorer encore par petitesse d’esprit; en fait les congolais ignorent tout de Sassou Nguesso, ce béotien fasciné par la personnalité de Maximilien François Marie Isidore de Robespierre dit Robespierre l'instigateur de la terreur durant la Révolution Française, incarnation de la tyrannie sanguinaire, (il n’y a pas que Machiavel qui fascine le crétin de Mpila), d’ailleurs l’Oyocrate ne s’en cache jamais, il gouverne en Monarque, distribue les postes aux enfants, neveux et parents, s’approprie le pays et en fait une propriété familiale.

Nous les « Boat-People » du système, le peuple, sommes condamnés à errer dans la précarité, aujourd’hui ce qui se passe au Congo est très lamentable, inadmissible et impardonnable, mais le peuple apeuré, traumatisé par les guerres qui lui ont été imposées, ne peut que faire profile bas, un peuple condamné à mourir dans la soumission et les humiliations quotidiennes. Pourtant les milliards de dollars, il faut le dire découlant de la manne pétrolière, s’entassent dans des paradis fiscaux, et les rejetons du pouvoir affichent avec fière allure leurs signes extérieurs d’opulence insolente et arrogante. Christel Nguesso s’est acheté en Chine, à Shanghai, près de Nanjing Road, l'une des artères les plus huppées de la ville, tout un immeuble de plus de 15 étages, connaissant la flambée de l’immobilier à Pékin et à Shanghai, on n’imagine déjà le prix de ce bien immobilier, un prix qui vous donne le vertige, car la bas le mettre carré s’arrache au prix d’or. Cet embourgeoisement sauvage et illicite ne gène guère les rejetons de l’Oyocrate qui affiche leur goût démesuré pour une richesse ostentatoire, pour la luxure et mène une vie de cabotinage dans les villes asiatiques, européennes, sud-américaines et maghrébines, Denis Sassou Nguesso, un monarque qui se vautre dans la luxure.

12,7 Milliards d’euros de dettes publiques, PTTE en moins de 10 ans, taux de croissance économique ne dépassant pas les 2%, dictature villageoise et sanguinaire, liberté verrouillée, IPH-1 à plus de 68%, revenu journalier de la population -1 dollars par jour, ce qu’on appelle « Niveau d’extrême pauvreté ». En 2000 l’IPH-1 était à 30%, 1996 à 19% donc moyen, aujourd’hui il est au rouge, 2007 42,5% non loin de celui d’Haïti, c’est-à-dire faible. En d’autre terme, au Congo l’Indicateur de développement Humain(IDH) est très Faible. Pourtant, le peuple oublie qu’on est en plein Boom pétrolier, le 2e de l’ère Sassou Nguesso. Pas d’eau potable, pas d’électricité, pas d’accès au soin, le peuple croule dans l’indigence, le Monarque se permet d’offrir 1 millions de dollars à la Chine, et d’offrir 19 Millions de dollars au Colon, mythomane vous avez dit ?

2009 approche à grandes enjambées, l’Oyocrate se prépare à la fraude massive, conscient de son impopularité, il entend imposer ses désirs et être réélu à la Mugabé, comme ils le disent souvent, un passage en force ne fait jamais du mal, parce que le ridicule n’a jamais tué. Bon même si il ne sera jamais démocratiquement élu, un plébiscite n’a jamais fait de mal à un indigent !

Chers Congolais, la messe a été dite depuis longtemps par le Monarque de M’pila.

Kopa Ludovic

Posté par congoechos à 06:21 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]



28.05.08

"L’opposition congolaise est démissionnaire, fantoche, elle est ingénue."

Au regard de tout ce qui se passe au Congo, il n’existe nulle part sur ce territoire de près de 3 millions d’individus, une opposition réelle, une opposition constructive et structurée, telle qu’on la connaît dans des pays comme le Bénin ou le Mali, prendre l’exemple des oppositions occidentales serait trop osé, trop affligeant pour le Congo, le mieux était donc de prendre en exemple des modèles d’opposition  de quelques pays africains.

600px_Flag_of_the_Republic_of_the_Congo_svgAu Congo, nul doute,  l’opposition n’existe que par l’étiquette qu’on lui donne, car il n’existe pas d’opposition réelle au Congo, les opposants congolais n’ont aucune personnalité, ce sont des pantins, qui s’emploient corps et âme à s’autodétruire, une opposition fantoche, et fantomatique, qui est minée par des querelles intestines et des egos surdimensionnés. Ces pseudos opposants, avec leur conception d’opposition désuète et folklorique, courbent l’échine devant le pouvoir oligarchique de M’pila, une opposition minée par les querelles intestines, fétichistes et machiavéliques, elle n’existe que dans l’ire de ces pantins qui saoulent le Congo de discours haineux, prolixes, baroques, fantasmagoriques et pantagruéliques.

Une opposition atrophiée, dont les leaders ne sont ni plus ni moins que des mendiants, des animistes,  des personnages d’un cirque, entre un Kolélas pitoyable, ingénu, et sectaire qui mendie l’aumône auprès du tôlier de M’pila, et qui se prosterne à Oyo sur la tombe du grand frère de l’Oyocrate, ce Kolélas qui osait en 1992 montrer son dos écaillé de balafre sous le coup de la torture à ses partisans, un Kolélas radical, prônant la politique dure, n’était en fait qu’un homme pauvre, un illuminé, un égocentrique, un tribaliste, minable et envieux, qui ne  cherchait qu’à se faire un peu d’argent aussi, pour ne plus errer dans la précarité ; cette opposition non structurée, dirigée par des automates, balayée par le manque d’audace, et bouffée par le tribalisme et la haine, partagée entre un Tchystère amorphe, ubuesque et folklorique, un Moungounga maladroit, impopulaire et nécessiteux, un Dzon moins charismatique, motivé par le gain, et gauche, un Ngouélondélé pathétique, proche du pouvoir, manquant de pugnacité, ingénu, et impopulaire, un Kignoumbi fantoche, impopulaire, plus usurpateur que politicien honnête, un Moukouéké égocentrique, incompétent et cynique, un Tsaty-Mabiala aigrefin, médiocre, piètre, impopulaire et égocentrique…etc.

On voit mal la fameuse opposition imposer des contre-pouvoirs au régime totalitaire de M’pila en 2009, cela s’explique par l’absence d’une opposition crédible et structurée, empêchant un débat de fond et paralysant  le développement économique et social de notre pays, il faut un véritable moratoire sur l’opposition congolaise, elle doit se remodeler, elle doit se muer en une vraie et véritable opposition politique et démocratique, une vraie opposition qui va au-delà des clivages, au-delà des ethnies et qui prône le développement social et économique du Congo d’avec tous ses filles et ses fils. Je pense que  l'opposition doit s'atteler, outre l'élaboration d'un projet politique cohérent  et fiable, non pas de prêcher dans le vide, ou de se détester par médias interposés, mais à travailler quotidiennement avec les Congolais pour créer les conditions qui permettront de contraindre le régime à satisfaire les vrais revendications politiques, sociales et économiques.

Le peuple a besoin d’une opposition forte, structurée et unie, pas une opposition faible qui n’arrive pas à se démarquer de l’immobilisme dans lequel il est, une opposition qui a du mal à se distinguer avec le pouvoir, une opposition qui rime d’avec le paternalisme, qui n’arrive pas à sortir des corporatismes, une opposition minée par la guéguerre de quelques barons qui ne pensent qu’à leur égo.

Je pense que Le sursaut démocratique des années 1991,  devrait servir à postériori à cette opposition victime du malaise identitaire et ethnique, et éprise de gloire, une opposition qui semble être trouée, perdue et qui ne propose aucune alternative réelle face au totalitarisme militaire et policier du généralisme Sassou Nguesso.

  Une opposition factice qui est plus motivée à courber l’échine auprès du généralissime Sassou, quémandant les quelques miettes de pétrocfas que le Prince de M’pila voudrait lui donner, le pouvoir de ce fait ne lui donne aucun pouvoir d’ingérence  sur la manière dont les affaires publiques sont gérées par les oligarques civiles ou militaires qui gouvernent le Congo depuis le triste putsch sanglant de 1997.

Aujourd’hui, l’opposition  congolaise, manipulée par le généralissime Sassou Nguesso comme  un marionnettiste actionnant des fantoches, est perçue par l’Oyocratie comme une hérésie aux valeurs tyranniques, ce que cette pseudo opposition oublie, c’est qu’elle perd lentement la confiance de ce peuple, en s’inféodant au pouvoir, un régime porteur de valeurs destructrices d’un système monolithique.

Pourtant le peuple souffre, un peuple victime lui-même de cet embrigadement sectaire, ce peuple s’enlise petit à petit, mais une telle situation ne peut être que provisoire, car la soif de justice, de liberté, de développement, du changement, et de participation finit toujours par prendre le dessus sur la soumission et à l’arbitraire. Il est temps que l’opposition congolaise, si elle veut se définir comme une réelle opposition, puisse s’unir autour d’un candidat qui fasse l’unanimité, car le déclenchement des cycles de contestations et de remises en cause des régimes politiques qui privilégient la voie autoritaire au développement apparaît comme un tournant décisif au processus de maturation des systèmes politiques africains, il nous faut une opposition forte, celle qui ose et croit en l’Afrique, celle qui refuse les ethnies comme critères politiques.

1991 était l’espoir, C’était le début d’une vague toute nouvelle de démocratisation des systèmes politiques africains, après les périodes des régimes paternalistes qui avaient accompagné la décolonisation et des régimes autoritaires civils ou militaires qui avaient fait irruption au milieu de la première décade des indépendances. Le multipartisme renaissait de ses cendres, les nouvelles constitutions le consacrèrent solennellement, le multipartisme, formellement proclamé, recevait une pleine effectivité avec l’éclosion de formations politiques hors du parti unique, longtemps considéré comme le seul creuset efficace de l’intégration nationale. Malheureusement au Congo, on confondit vite pluralisme et pouvoir à tout prix, la non compréhension du pluralisme engendra des drames, et le retour au pouvoir d’une tyrannie effroyable qui, s’approprie aujourd’hui le pays.

J’aimerais dire une chose à l’opposition congolaise,  la démocratie, dans le contexte des systèmes politiques majoritaires, renvoie à l’exercice du pouvoir d’État par la majorité sous le contrôle de l’opposition et l’arbitrage du peuple (Georges Vedel).

À la séparation classique des pouvoirs, fondée sur une différenciation organique et fonctionnelle des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, se substitue, de nos jours, une séparation politique entre la majorité et l’opposition sous l’arbitrage du pouvoir judiciaire qui veille au respect des droits et libertés fondamentaux d’une part et, d’autre part, du peuple, appelé à trancher, en dernière instance, les conflits opposant ces deux protagonistes du jeu politique grâce à l’expression du pouvoir de suffrage. Le pouvoir de la majorité n’est ni arbitraire ni illimité. Il s’exerce dans un cadre normatif, ainsi que des valeurs démocratiques fondées sur la tolérance et le respect de l’autre, c’est-à-dire de la différence et l’acceptation de la critique. Sans reconnaissance légale de l’opposition, gage du pluralisme, point de démocratie.

Composante essentielle de la démocratie, l’opposition présente un caractère d’utilité publique. Elle est investie d’une véritable mission de service public dans la mesure où, par son pouvoir de critique et de contre proposition, elle modère les ardeurs de la majorité et offre aux citoyens une alternative à la politique définie et appliquée par la majorité parlementaire.

Porteuse de valeurs stabilisatrices et non subversives, ainsi que d’idées et de projets de société alternatifs à ceux véhiculés par la majorité, l’opposition doit avoir la possibilité de porter son message au peuple et conquérir ses suffrages à l’occasion d’élections pluralistes transparentes, loyales et sincères. L’opposition doit alors disposer d’un statut la plaçant dans un cadre » normalisé », » statufié » qui garantit l’effectivité et la jouissance des droits et détermine ses obligations, car, en démocratie, un statut ne se conçoit pas sans devoirs.

La construction et l’approfondissement de la démocratie passent, en conséquence, par un renforcement de la capacité d’action des acteurs du jeu politique à travers la définition d’un cadre juridique et politique déterminant les droits et devoirs respectifs de la majorité et de l’opposition en même temps que l’allocation équitable des ressources publiques aux partis politiques.

Ce n’est que de cette façon que vous aiderez le Congo, et vous vaincrez ce pouvoir tyrannique de M'pila.

Kopa Ludovic

congoinfos@yahoo.fr

http://congoechos.canablog.com

http://congoinfos.skyblog.com

Posté par congoechos à 07:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

16.04.08

La Fifa menace de fermer le stade Alphonse Massamba-Débat de Brazzaville.

Le Congo est il maudit, ou le pays est il victime de la mauvaise foi ? Ce qui se passe aujourd’hui au Congo est très lamentable, pitoyable, le pays est gouverné par un architecte de la paresse et de la mauvaise foi, aucune envie manifeste de vouloir aider le pays à aller de l’avant, résultat la société congolaise sombre dans le chaos.

stade_MASSAMBA_DEBAT_de_BrazzaUne situation pourrie et dramatique qui touche toutes les structures du pays, n’épargnant même pas le secteur sportif, selon une information publiée par le site eurosport.fr, la Fifa menace de fermer le stade Alphonse Massamba-Débat de Brazzaville au Congo, qui, malgré ses recommandations, n'a toujours pas été remis aux normes internationales. En effet, L'instance suprême du football a mené deux inspections en 2006 et 2007. Au terme de ces inspections, l'organisation avait demandé d'y aménager un tunnel au sortir des vestiaires, un tableau électronique, une tribune de presse, une loge officielle, un centre médico-sportif, une salle pour les contrôles antidopage et un bureau Fifa, et de numéroter les places dans les gradins.

A ce jour, les travaux n'ont pas été faits, Alors que tout le monde sait où atterrissent les millions d’euros tirés de la rente pétrolière, et forestière. Sassou Nguesso commet des crimes politiques, économiques et écologiques aux conséquences dramatiques et  irréversibles pour le pays. Ce partisan de la paresse, aux préceptes antédiluviens et mégalomaniaques, ne ménage aucun effort pour aider le pays à se développer, je me demande  ce que ce pouvoir d’amateurs nous réserve, car croyez le ou non, l’avenir s’obscurcit ou se ténébrise au jour le jour.

brazza__la_pluieC’est une infamie, je m’insurge contre ce régime antédiluvien, ces criminels qui ont renversé la jeune démocratie congolaise en 1997, instaurant de ce fait un pouvoir violent, mégalomaniaque, anarchique et incompétent, le règne de Sassou Nguesso est symbolisé par le chaos, l’incompétence, la haine à l’encontre du peuple, les malversations financières, le népotisme, la gabegie, les pillages économiques, la répression, l’évasion fiscale, la Fraude…etc.

Depuis des années déjà, on s’accorde tous à dire que le monarque de M’pila doit partir, ce complexé œdipien, ce fou sanguinaire qui jouit d’une cruauté viscérale et maladive doit déguerpir, j’exige la démission de ce personnage gargantuesque et baroque.

Mr Sassou Nguesso doit démissionner pendant qu’il est encore temps, Mobutu n’a pas vu Kabila arriver, et Sassou ne verra pas grand-chose, à moins de finir comme Samuel Doe.

Qui pour sauver le Congo?

Posté par congoechos à 06:16 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

07.03.08

Pillages économiques et Mafiafrique au Congo Brazza et au Gabon, le patrimoine français des dictateurs africains Sassou et Bongo

Ça pue du pétrole, du bois et des minerais à crever dans ce drame africain, dont les acteurs ne sont autres que des redoutables prédateurs.

jpg_BNP_sassou_copie_bisOn ne les présente plus, tant leur train de vie pharaonique est connu des occidentaux, mais très mal compris en Afrique. Un an après la publication du rapport du CCFD (Comité catholique contre

la Faim

et pour le Développement) "Biens mal acquis profitent trop souvent et le dépôt de la plainte contre 5 dictateurs africains, le reportage analyse le chemin parcouru par la société civile française qui attend toujours les actes d’une vraie rupture avec

la Françafrique.

Après Le Monde, c’est donc France 2 qui évoque clairement l’intrusion du gouvernement dans le travail de la justice, mettant fin à une enquête contre Sassou et Bongo qui devenait trop gênante.

Ca n’arrête plus. Ca ressemble à un acharnement thérapeutique. Après les révélations du journal Le Monde (31 Janvier 08) Bakchich (5 février 08), le journal télévisé de 20 h (France 2 du lundi 3 mars 2008) a enfoncé le clou sur la corruption et le détournement en Afrique. L’émission a insisté sur deux acteurs de choix : Omar Bernard Bongo et Denis Sassou-Nguesso. Mais malgré le tohu-bohu médiatique, les deux chefs d’Etat peuvent dormir du sommeil du juste puisque la plainte de Sherpa, Survie et

la FCD

a été classée sans suite. Et pourtant la valeur les biens meubles et immeubles frise le scandale.

Sans passer par quatre chemins, le lundi 03 dernier au journal de 20h sur France2, il n’a été question que de chiffres colossaux et scandaleux dans ce dossier déjà diffusé le mois dernier. Cette fois-ci, les propos ont été étayés par les témoignages de deux militants de

la FCD

(Fédération Congolaise de

la Diaspora

) Benjamin Moutsila et Olivier Bidounga.

Plus de trente millions d’euros : c’est la modique somme que Bongo vient de mettre dans l’achat de deux maisons dans l’un des quarties les plus chers de Paris. Omar Bernard Bongo déjà détenteur de plusieurs maisons en région parisienne, dans le très bourgeois quartier de l’avenue Foch, vient d’acquérir un appartement de

1500 m2

d’une valeur de 15 millions d’euros et un autre appartement de

2000 m2

estimé à 19 millions d’euros (avant travaux (sic) ; de quoi nourrir pendant 6 mois son pays le Gabon où 70% de la population vit en deçà du seuil de pauvreté.
A ces biens parisiens s’ajoutent ceux de Nice parmi lesquels un appartement dans le quartier huppé de Cimiez, autant de logis où rarement l’heureux propriétaire met pieds.
Une voisine parisienne de Bongo avoue n’avoir jamais quasiment croisé le prestigieux riverain, dictateur à la tête de son pays depuis 40 ans. Selon l’architecte de la nouvelle acquisition immobilière, les travaux se font dans "la grande transparence". Cependant, les gens de maisons qui veillent sur les biens du multi-propriétaire sont d’une prudence de Sioux quand un quidam vient sonner sur l’interphone. Pour vivre heureux, vivons cachés. Mais pouvait-on dissimuler indéfiniment ces richesses mal acquises quand, notamment, les populations des pays concernés croupissent sous la misère tandis que leurs Etats n’arrêtent pas de s’endetter sans pouvoir rembourser ? Le paradoxe a choqué nombre de ONG qui ont décidé de passer à l’offensive.

44ANNIV_PNR_21Malheureusement ce combat semble celui du pot de terre contre le pot de fer. En somme, perdu d’avance. Cependant, David combattant Goliath, Sherpa, Survie et

la Fédération Congolaise

de

la Diaspora

ne désespèrent pas. Le châtiment, cahin caha, finit toujours par atteindre son but.

En matière de détournement et de corruption, Bongo a un concurrent de taille, son beau-père, Denis Sassou-Nguesso, propriétaire de la fameuse villa Suzette et, au total de 18 biens immobiliers.
Le parc automobile n’a pas échappé à la sagacité des associations des Droits de l’Homme : Aston, Bugatti, Ferrari, Mazeratti, Lomborghini, Rolls affichent leur luxe insolent dans les garages des neveux et fils des tyrans.
"Que peut-on faire au Congo avec ce pognon ?" demande le journaliste de la deuxième chaîne :
Benjamin Moutsila et Olivier Bidounga de

la FCD

sont catégoriques : « avec tout cet argent on peut par exemple construire des hôpitaux au Congo. Il n’y pas d’hôpitaux dans ce pays, le seul hôpital n’a même pas d’ascenseurs »
Fin 2007,

la Justice

signifie un non-lieu. L’avocat des associations ne s’y trompe pas :
« la décision de classer l’affaire est éminemment politique ».
Entendez,

la France

ne veut pas gêner ses partenaires africains du réseau françafrique.

Sans vergogne, l’avocat de Sassou précise que c’est « un problème d’Etats africains », s’immiscer dans ces affaires « serait du néocolonialisme ».
Ce n’est pas l’avis du Grand Maître de la loge maçonnique le Grand Orient qui a trouvé indigne d’aller serrer la main à Bongo et Sassou lors d’une convention de ce mouvement à Pointe-Noire (Express du 1er mars 08). Jean-Michel Quillardet, dans un sursaut de conscience ne veut plus se compromettre avec ces brebis noires qui ternissent l’image du mouvement spirituel.
« Je ne voulais pas, précise-t-il, être instrumentalisé par le président Denis Sassou-Nguesso » a indiqué le grand initié.
Bongo passe aussi désormais pour un pestiféré car même si la rencontre avait eu lieu au Gabon le grand maître n’est pas : « disposé à serrer la main d’un certain nombre de gens, fussent-ils maçons ».

Cependant, même boudés par le mouvement maçonnique dont d’ailleurs ils ne respectent pas les valeurs, ce n’est pas ça qui empêchera nos maçons africains d’acheter des maisons en Occident, avec l’argent de leur peuple et avec la bénédiction du nouveau locataire de l’Elysée qui, lui aussi, promit pourtant la rupture avec la françafrique avant son élection.

On oublierait presque les 5 villas luxueuses achetées par le clan Sassou Nguesso, en Juillet dernier à Marbella en Espagne, car

la France

devenant trop gênante.

Posté par congoechos à 07:20 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

06.02.08

Idriss Deby aurait reçu un appui Militaire important de Sassou Nguesso et de Omar Bongo.

Après avoir passé dix-sept années au Palais rose, Idriss Déby Itno a battu tous les records de longévité d'un chef d'État tchadien. deby1_2Le long magistère de l'homme fort de N'Djamena n'a jamais été de tout repos. Rébellions à répétition dans le Tibesti, factions politico-militaires installées dans les capitales voisines, désertions et félonies d'officiers supérieurs, ralliements et trahisons ont régulièrement émaillé son « règne ».Mais Les amis se soutiennent mutuellement, Idriss Deby retranché dans son palais présidentiel, y a cru, il le savait,

la Françafrique

est une entité puissante.

Deby gagnait du temps, il le savait, il comptait sur l'appui de ses amis, Sassou Nguesso et Omar Bongo.

Idriss Deby Itno a reçu un appui très considérable et décisif de ses amis, qui eux se sont souvenus du pacte qu'ils ont, celui de ne pas tourner le dos à l'autre en situation délicate, du coup l’opportuniste Sassou Nguesso a été un médiateur capital, le béotien de M’pila s'est souvenu de 1997, lorsque Deby dépêcha à Brazzaville, via le Gabon voisin, plus de 800 soldats Tchadiens, et du matériel militaire pour l'aider à vaincre Lissouba.
Comme Sassou Nguesso en 1997, ses amis proposaient une trêve, acceptée rapidement par Deby, et profitant de la naïveté des rebelles qui, eux aussi acceptaient la trêve, mais cela s'est avéré être une erreur, et ils en subissent les frais.

Sassou Nguesso aurait dépêché dans la nuit du Samedi, deux hélicoptères Mi24, du matériel militaire très sophistiqué, dont trois RM-70, et plus de 350 éléments de sa garde, stationnés à Oyo, parmi lesquels, des mercenaires angolais se trouvant à Oyo depuis 1999, et des miliciens rwandais. La logistique a été assurée par des avions militaires français au Gabon, mais les hélicoptères de l'armée de Sassou Nguesso ont décollé de l'aéroport militaire d'Ollombo, en passant par

la RCA

, pour rejoindre N'Djaména dans la nuit du Samedi à dimanche. Omar Bongo aurait dépêché du matériel, et surtout des mercenaires.
En fait, Idriss Deby ne se trouvait pas dans son palais présidentiel, comme l'a affirmé la presse, mais le chef d'état Tchadien se trouvait dans une sorte de Bunker, dans une base militaire française, semble t-il la base Epervier.
Dans un pays morcelé où aucun groupe ne domine par le nombre, la possibilité d'une plongée durable dans le chaos n'est pas négligeable. Les voisins soudanais et libyens y participeront forcément,

la France

joue une partie difficile au milieu de ce trop-plein d'acteurs.

La progéniture de la françafrique utilise tous les moyens pour se maintenir au pouvoir,

la France

a feint de ne pas soutenir Deby, alors que l'armée Française assurait la logistique et l'approvisionnement en armes et en hommes à Idriss Deby, via Ollombo et Oyem.
Le mini-sommet du 24 janvier dernier, entre Idriss Déby, Sassou Nguesso et Omar Bongo, portait en fait, sur une éventualité d'une attaque militaire contre Déby. Informer rapidement par le quai-d'Orsay d'une attaque imminente contre Déby, la progéniture de la françafrique s'entretenu au téléphone pour élaborer une stratégie de défense, avec l'aide de Papa (

La France

).

A l'heure actuelle, les forces rebelles sont maintenant à la périphérie sinon en dehors de N'Djaména, et quant à l'état du rapport de force, il est encore compliqué pour pouvoir se prononcer, sinon dire que Idriss Deby ayant reçu un apport considérable, ou mieux vital, de ses compères françafricains, Sassou et Bongo, devrait rester au pouvoir aussi longtemps que Sassou et Bongo le resteront aussi.


Kopa

congoinfos@yahoo.fr
www.congoechos.canalblog.com
www.congoinfos.skyblog.com

Posté par congoechos à 04:12 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

05.01.08

L’Ivresse du Pouvoir, 2009 Obus Kanga Bissakas.

L’histoire se répétera t-elle au Congo, au risque et péril des populations ? Tout porte à croire que la boulimie du pouvoir est une culture, une seconde nature chez nos chers despotes, le monarque Sassou Nguesso se prépare à écraser toutes protestations en 2009, même pacifique.

bisakaLe Kenya fut tout de même un exemple d’alternance politique en Afrique lors du départ de Arap Moi, contraint de laisser le pouvoir à son opposant Mwai Kibaki, celui là même que le peuple avait élu le 27 Décembre 2002 Président, lui qui fustigeait le caractère despotique et corrompu du pouvoir de Moi, s’accroche au pouvoir, en truquant les élections.

Le Kenya bascule dans le chaos, et à fortiori le Congo du monarque Sassou Nguesso. Car Sassou Nguesso n’acceptera jamais de perdre une élection. Que se passera t-il en 2009, lorsque le peuple sortira dans les rues pour contester le pouvoir à Sassou Nguesso, sachant que le général Sassou Nguesso usurpateur notoire ne peut jamais remporter une élection démocratique au congo.

Je demande à l’opposition kenyane de protester pacifiquement, et d’impliquer la communauté internationale consciente des fraudes massives, afin de mettre la pression sur le pouvoir usurpateur pour reprendre les élections, ou refaire le décompte des voix, car la violence n’est pas une solution. Mais peut être veulent ils faire comme Marc Ravalomanana fit en Avril 2002 face à Didier Ratsiraka ?

Je crois que l’opposition kenyane devrait saisir la haute cour de justice ou la cour constitutionnelle, de procéder à un nouveau décompte des voix obtenues par chacun des deux candidats, sur la base des procès-verbaux détenus par chaque parties, au lieu de flamber le pays tout entier. Au Congo, 2009 s’approche à pas de géant, le dictateur Sassou Nguesso n’est pas un enfant de cœur, il usera de tous les moyens pour mettre du feu à Brazzaville, comme à son habitude de toujours, écraser tout mouvement de protestation. Sassou Nguesso et ses sbires s’apprêtent à conserver le pouvoir coûte que coûte, même au prix d’une énième guerre, qui ne sera le fruit que d’un maigre sacrifice, ferions nous encore « Obus kanga Bissaka » ? Bon quoi encore ? C’est dure l’Afrique !

Posté par congoechos à 12:47 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »